17 mars 2021 | Communiqué de presse, Véhicules intelligents, Infrastructures intelligentes

Communiqué | LeddarTech annonce la nomination du Dr Olaf Berlien au sein de son conseil d’administration - LeddarTech

« La nomination d'Olaf illustre notre stratégie d'amener les meilleurs éléments de l'industrie à partager leur expertise et leurs conseils tandis que nous sommes en voie de devenir la plateforme de détection la plus largement déployée dans l'industrie automobile et de la mobilité », a déclaré Charles Boulanger, chef de la direction de LeddarTech.

https://leddartech.com/fr/leddartech-announces-appointment-dr-olaf-berlien-board-directors/

Sur le même sujet

  • Un investissement de TDDC fera progresser l'adoption des technologies propres - L'investissement dans une nanotechnologie mise au point en Colombie-Britannique améliorera le rendement et réduira le coût des batteries au lithium

    31 mai 2019

    Un investissement de TDDC fera progresser l'adoption des technologies propres - L'investissement dans une nanotechnologie mise au point en Colombie-Britannique améliorera le rendement et réduira le coût des batteries au lithium

    VANCOUVER, le 31 mai 2019 /CNW/ - Le Canada est un chef de file mondial du développement des technologies propres qui soutiennent la croissance économique, créent des emplois et protègent l'environnement. Afin de préserver la compétitivité du Canada à l'échelle mondiale dans cette industrie en pleine expansion qui se chiffre en billions de dollars, le gouvernement du Canada a axé ses investissements sur les technologies propres, afin de donner aux entreprises canadiennes les moyens d'innover et de prendre de l'expansion. Le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne et député de North Vancouver, l'honorable Jonathan Wilkinson, a annoncé aujourd'hui au nom du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, l'honorable Navdeep Bains, un investissement de 5 millions de dollars dans l'entreprise de technologies propres Nano One de Vancouver pour faire progresser le développement de batteries au lithium-ion innovantes. Le financement sera fourni par Technologies du développement durable Canada (TDDC), qui travaille avec les entreprises canadiennes à la commercialisation des technologies propres. Nano One est une entreprise canadienne de technologies qui fabrique, selon un processus industriel évolutif, des batteries au lithium-ion à haute performance et à bas coût, qui peuvent être utilisées dans les véhicules électriques, les produits électroniques grand public et d'autres modules de stockage d'énergie renouvelable. La technologie novatrice utilisée par l'entreprise dans la fabrication de batteries demande un apport d'énergie et d'eau plus faible, favorise l'adoption de technologies plus propres et réduit les émissions de gaz à effet de serre. Le procédé unique a été conçu en vue d'une production à grande échelle et d'une commercialisation rapide, ce qui contribuera à maintenir 25 emplois et à créer 5 emplois additionnels. Les investissements dans le secteur des technologies propres s'inscrivent dans le Plan pour l'innovation et les compétences du gouvernement, qui est une stratégie pluriannuelle visant à positionner le Canada en tant que chef de file mondial de l'innovation et à créer de bons emplois pour la classe moyenne partout au pays. Citations « Le monde est à un tournant, et la transition vers une économie axée sur l'énergie propre est parmi les défis -- et les possibilités -- de notre époque. Notre gouvernement travaille très fort pour édifier un avenir meilleur, plus propre et plus prospère, et aider les Canadiens à économiser l'énergie, à réduire la pollution et à avoir plus d'argent dans leurs poches. Je suis enchanté de voir des entreprises comme Nano One pousser hardiment le curseur vers une plus large adoption des technologies propres. » - L'Honorable Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne « Les technologies propres ne touchent pas un seul secteur. Lorsque nous soutenons les technologies propres, nous soutenons l'économie dans son ensemble et nous contribuons à créer de bons emplois tout en protégeant notre environnement. L'investissement versé à Nano One aujourd'hui contribuera à résoudre des problèmes criants en matière d'environnement, tant au pays que dans le monde entier. » - L'honorable Navdeep Bains, ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique « Pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre, nous devons absolument faciliter l'adoption par les Canadiens de nouvelles technologies propres. Nano One est le moteur de ce changement gr'ce à sa production à bas coût de matériaux de batteries au lithium-ion à haute performance, largement utilisés dans les véhicules électriques, le stockage de l'énergie renouvelable et les produits électroniques grand public. » - Leah Lawrence, présidente et chef de la direction de Technologies du développement durable Canada « TDDC est mondialement reconnu pour ses compétences techniques en investissements dans les technologies propres, et ce financement nous aidera à prendre de la vitesse dans nos activités de partenariat et à faire croître notre entreprise. Comme il s'agit du deuxième cycle de financement de Nano One par TDDC, cela veut dire que nos réalisations et nos relations stratégiques avec des multinationales et des FEO ont suscité un grand intérêt. Nous sommes très honorés d'avoir su gagner suffisamment la confiance de TDDC pour obtenir un nouveau soutien pour ces partenariats et nos activités de croissance ». - Dan Blondal, chef de la direction et fondateur de Nano One Materials Corp. Les faits en bref Cet investissement fait fond sur l'investissement de lancement de 2 millions de dollars fourni par TDDC en 2015 pour soutenir le projet pilote de fabrication de matériaux de batteries pour les véhicules électriques. Le Canada est au premier rang des pays du G20 pour ce qui est des technologies propres innovantes. En janvier 2019, 12 entreprises canadiennes ont eu les honneurs de la Global Cleantech 100 List. Parmi les entreprises figurant au palmarès de la Global Cleantech 100 List annuelle, une sur dix a été financée par TDDC. Le marché des technologies propres devrait dépasser les 2,5 billions de dollars d'ici quatre ans. Technologies du développement durable Canada (TDDC) est une fondation indépendante créée par le gouvernement du Canada afin de soutenir les entreprises canadiennes ayant le potentiel de devenir des chefs de file mondiaux dans le développement et la démonstration de nouvelles technologies visant à résoudre quelques-uns de nos problèmes environnementaux les plus pressants. TDDC a investi plus d'un milliard de dollars dans des centaines d'idées venant de plus de 300 entreprises. Celles‑ci créent plus de 12 000 emplois bien rémunérés et réduisent les émissions de gaz à effet de serre de 13,8 mégatonnes par an d'équivalent en dioxyde de carbone. Liens connexes Technologies du développement durable Canada Budget 2017 - Mesures pour soutenir les technologies propres - Document d'information du gouvernement du Canada Nano One : fiche descriptive Suivre Technologies du développement durable Canada sur Twitter : @SDTC-TDDC SOURCE Syntax Strategic Renseignements: Dani Keenan, Attachée de presse, Cabinet du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, 343-291-1710; Relations avec les médias, Technologies du développement durable Canada, media@sdtc.ca Related Links syntaxstrategic.ca

  • Communiqué | Le Canada investit dans le tout premier système de stationnement entièrement automatisé du monde à London

    14 août 2019

    Communiqué | Le Canada investit dans le tout premier système de stationnement entièrement automatisé du monde à London

    LONDON, ON, le 14 août 2019 /CNW/ - Le Plan climatique du Canada a été mis en œuvre afin d'améliorer le sort de notre planète et de la population canadienne. Les véhicules zéro émission autonomes seront appelés à jouer un rôle important dans l'économie propre de demain. À mesure que les Canadiens continuent de faire des choix de plus en plus écologiques, le gouvernement du Canada leur offre davantage d'options pour qu'ils puissent se rendre là où ils doivent aller, et ce, tout en réduisant la pollution. Aujourd'hui, Kate Young, la députée de London-Ouest, a annoncé au nom de l'honorable Amarjeet Sohi, ministre des Ressources naturelles du Canada, un investissement de 2,4 millions de dollars afin de mettre à l'essai le tout premier système intégré et automatisé de stationnement pour véhicules électriques (VE) au monde conçu par s2e Technologies. Cet investissement offrira aux résidents de London une solution entièrement automatisée de stationnement et de récupération de véhicules dans leur communauté. Ce projet permettra de faire la démonstration d'une nouvelle infrastructure innovatrice de stationnement et de recharge pour les véhicules autonomes et électriques, et de tester les capacités à plus petite échelle pour voir si les collectivités canadiennes sont friandes de cette technologie. Cette tour de stationnement novatrice, située dans le quartier West 5 de London, offrira un service de voiturier automatisé pour les véhicules électriques en service partagé de la communauté. Les véhicules sans conducteurs seront envoyés à la résidence d'un client sur demande, ce qui réduira le besoin des gens de la communauté de s'acheter une voiture. Le système de commande démontrera qu'il est possible d'intégrer un certain nombre de technologies novatrices de recharge et comblera un besoin en matière de bornes de recharge à haute densité dans les environnements urbains où le stationnement est restreint. Cet investissement, fait par le biais des Programmes d'infrastructures vertes de Ressources naturelles Canada, sera essentiel à la mise sur pied de l'économie du Canada axée sur la croissance propre et aidera à accélérer le déploiement et l'entrée sur le marché de l'infrastructure d'énergie propre de prochaine génération, y compris du Programme de démonstration d'infrastructure pour les véhicules électriques. La société s2e Technologies, dont le siège social se trouve à St. Jacobs, en Ontario, élabore des solutions à énergie propre qui profitent aux Canadiens tant sur les plans économique qu'écologique et s'efforce à lutter de front contre les changements climatiques. Œuvrant aux quatre coins du monde, s2e Technologies vise, gr'ce à ses percées technologiques et ses solutions spécialisées de transformation de l'énergie, à b'tir des communautés durables et résilientes. Par l'entremise du dialogue national sur l'énergie au Canada (Génération Énergie), les Canadiens ont clairement fait savoir que les modes de transport plus écologiques constituaient une nécessité pour le futur à faible émission de carbone du Canada. Le gouvernement du Canada continue d'appuyer des projets d'infrastructure verte qui feront progresser l'avenir écologique du Canada et qui nous aideront à atteindre nos objectifs nationaux et internationaux en matière de climat. Citations « En investissant dans des technologies de pointe comme les véhicules autonomes, nous nous assurons que le Canada est à l'avant-garde des dernières innovations dans le domaine de l'automobile et nous facilitons la vie des Canadiens. Les investissements dans l'infrastructure technologique, y compris dans des entreprises comme s2e Technologies, aident à créer un avenir plus propre et plus vert qui assure notre transition vers une économie faible en carbone. » Kate Young Députée de London-Ouest « Chez s2e, nous nous attaquons à la question des changements climatiques depuis maintenant une génération. Nous avons ici une équipe qui fait preuve, tous les jours, du leadership nécessaire pour apporter des changements très profonds dans notre façon de vivre, nos rapports avec la voiture et nos interactions avec la planète et les uns avec les autres. Avec cette annonce aujourd'hui, nous repoussons une fois de plus les limites de ce qui est possible. Chaque pas que nous faisons pour aménager des communautés intelligentes et imaginer une mobilité intelligente nous rapproche du type de développement durable qui améliorera l'environnement et donnera à nos enfants un avenir meilleur. » Milfred Hammerbacher Fondateur et PDG de s2e Technologies « Nous savons que nous sommes à l'aube d'un changement révolutionnaire dans la mobilité, soit la façon dont nous nous déplaçons dans notre vie quotidienne. Cela signifie que nous devons repenser radicalement la place qu'occupent les voitures dans notre vie de tous les jours et nous éloigner de l'idée que chaque maison doit posséder un grand garage pour plusieurs véhicules. Chez s2e, nous envisageons déjà des communautés intelligentes axées sur le partage de voitures, les véhicules électriques et autonomes, le stationnement centralisé et la recharge des véhicules électriques. Nous nous penchons sur une multitude de solutions, de la recharge standard de niveau 2 à la recharge sans fil, en passant par la recharge V2G, au raccord de recharge automatique et l'intégration de ces diverses technologies dans le stationnement haute densité, car nous croyons que c'est à cela que ressemble l'avenir. Le financement annoncé aujourd'hui pour le projet de démonstration d'infrastructure pour les véhicules électriques (DIVE) nous permettra de développer le premier stationnement automatisé pour véhicules électriques au monde. Nous pourrons ainsi démontrer que ce genre d'avenir n'est pas seulement possible, mais qu'il arrive à grands pas. » Ady Vyas Vice-président, Solutions énergétiques et de mobilité, s2e Technologies Renseignements pertinents Stationnement automatisé pour les véhicules électriques (SAVE) s2e Technologies Programmes d'infrastructures vertes Programme de démonstration d'infrastructure pour les véhicules électriques (DIVE) Génération Énergie Suivez-nous sur Twitter : @RNCan (http://twitter.com/rncan) SOURCE Ressources naturelles Canada Renseignements: Ressources naturelles Canada, Relations avec les médias, 343-292-6100, NRCan.media_relations-media_relations.RNCan@canada.ca; Vanessa Adams, Attachée de presse, Cabinet du ministre des Ressources naturelles, 343-543-7645, Vanessa.Adams@canada.ca; Kimberley Love, Relations publiques - s2e Technologies, 519-373-1460, kimberleyalove@gmail.com Related Links www.nrcan.gc.ca

  • Des infrastructures vitales sécurisées gr'ce à la cyberinnovation

    10 juin 2019

    Des infrastructures vitales sécurisées gr'ce à la cyberinnovation

    Création d'un nouveau consortium de collaboration par le Conseil national de recherches du Canada et l'Université du Nouveau-Brunswick FREDERICTON, le 10 juin 2019 /CNW/ - Entourés de dirigeants d'entreprise, de chercheurs et d'étudiants, Carolyn Watters, dirigeante principale de la recherche numérique au Conseil national de recherches du Canada (CNRC) ainsi que David Magee, vice-président de la recherche à l'Université du Nouveau-Brunswick, ont aujourd'hui procédé au lancement officiel du consortium de collaboration en cybersécurité. Véritable plaque tournante de l'innovation située à Fredericton (au Nouveau-Brunswick), ce consortium créé par le CNRC et l'Institut canadien sur la cybersécurité (ICC) de l'Université du Nouveau-Brunswick mènera à des percées en cybersécurité notamment sous la forme d'articles publiés, de demandes de brevets, et de technologies commercialisées en plus d'offrir des possibilités de formation aux étudiants diplômés et aux boursiers postdoctoraux. Le consortium de collaboration en cybersécurité de l'ICC et du CNRC (CCCIC) effectuera de la recherche novatrice sur les moyens d'assurer la cybersécurité des infrastructures vitales en mettant l'accent sur l'Internet des objets, l'intelligence artificielle, les interactions personne-machine et le traitement naturel du langage. Le degré de sophistication technologique et l'ampleur des cybermenaces ne cessent d'augmenter et créent pour le Canada une très belle occasion de mettre à contribution sa capacité d'innovation dans les technologies numériques et son savoir-faire dans le domaine de la cybersécurité. Par ses recherches sur la sécurité et la résilience des systèmes, le CCCIC contribuera à la mise en œuvre de la Stratégie nationale de cybersécurité du gouvernement canadien dont l'objet est de mieux protéger la population canadienne contre la cybercriminalité, de répondre aux menaces en constante évolution et de défendre les systèmes vitaux des secteurs public et privé. Dans un effort pour aider le Canada à se positionner comme un chef de file mondial, le CNRC intensifie sa collaboration avec les écosystèmes régionaux ainsi qu'avec les universités, les écoles polytechniques et les collèges en créant des centres de collaboration un peu partout au pays. L'ICC de l'Université du Nouveau-Brunswick est un groupe multidisciplinaire de formation, de recherche et de développement et d'entrepreneuriat qui mise sur les compétences de chercheurs en sciences sociales, en affaires, en informatique, en génie, en droit et en science. Le personnel de l'ICC travaille à la mise en œuvre de nouvelles méthodes pour relever le défi de la sécurité dans le cyberespace et garantir la survie, la fiabilité et le rendement des infrastructures du cyberespace qui fonctionnent dans des environnements dangereux et incertains. Citations « Ce centre de collaboration regroupe des chercheurs de premier plan au sein d'une équipe mixte. Ensemble, ils accomplissent des progrès importants dans le domaine de la cybersécurité pour la population canadienne. Nous sommes fiers de nous associer à l'Institut canadien sur la cybersécurité de l'Université du Nouveau-Brunswick et il nous tarde de voir se concrétiser les succès de cette collaboration prometteuse. » Iain Stewart, président, Conseil national de recherches du Canada « Depuis le début du siècle, l'Université du Nouveau-Brunswick est à l'avant-garde de la recherche et de l'innovation en cybersécurité. Notre leadership a d'ailleurs été reconnu dans le rapport 2018 du Sénat sur l'état de la cybersécurité au Canada ainsi que dans le plus récent budget fédéral. L'objectif principal du consortium de collaboration en cybersécurité réunissant à Fredericton l'Institut canadien sur la cybersécurité et le Conseil national de recherches du Canada consiste à renforcer le pouvoir d'influence du Canada dans la recherche et l'innovation en cybersécurité et dans la culture de talents connexes, en réponse à la Stratégie nationale de cybersécurité. » Ali Ghorbani, directeur, Institut canadien sur la cybersécurité et président de la Chaire de recherche de niveau 1 en cybersécurité Faits en bref Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et l'Université du Nouveau-Brunswick (UNB) collaborent dans le domaine de la cybersécurité depuis deux ans. Le nouveau Consortium de collaboration en cybersécurité est l'aboutissement d'une relation de quinze années entre le CNRC et l'UNB dans le domaine de l'innovation scientifique. Installé dans les installations du Conseil national de recherches du Canada à Fredericton sur le campus de l'Université du Nouveau-Brunswick, le consortium de collaboration en cybersécurité réunit 50 chercheurs et étudiants de l'Institut canadien sur la cybersécurité et du Conseil national de recherches du Canada. Le CNRC est la plus grande organisation de recherche du gouvernement du Canada. Elle est l'un des maillons fondamentaux du Plan pour l'innovation et les compétences et jouera un rôle clé dans l'engagement pris par le gouvernement dans le budget de 2018 d'aider les chercheurs canadiens à créer une économie plus novatrice. Liens connexes Les centres de collaboration du Conseil national de recherches du Canada Restez branchés Suivez le Conseil national de recherches du Canada sur les médias sociaux. Twitter : @cnrc_nrc; Instagram : @nrc_cnrc; et LinkedIn. Suivez l'Université du Nouveau-Brunswick sur les médias sociaux. Twitter : @cic_unb, @UNBFredericton, @UNB. SOURCE Conseil national de recherches Canada Renseignements: Relations avec les médias, Conseil national de recherches du Canada, 613-991-1431, 1-855-282-1637, media@nrc-cnrc.gc.ca; Paisley Sibbald, Agente de communications, Université du Nouveau-Brunswick - Institut canadien sur la cybersécurité, 1-506-453-5141, Paisley.Sibbald@unb.ca Related Links www.nrc-cnrc.gc.ca

Toutes les nouvelles