16 février 2021 | Communiqué de presse, Véhicules intelligents, Infrastructures intelligentes

Communiqué | LeddarTech s’associe à Seoul Robotics pour fournir des solutions de perception LiDAR solid-state robustes

LeddarTech®, chef de file en matière de solutions de détection environnementale pour les véhicules autonomes et les systèmes avancés d'aide à la conduite de niveau 1 à 5, est fière d'annoncer l'adhésion à l'Écosystème Leddar™ de Seoul Robotics, le leader en vision artificielle 3D qui utilise l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique pour soutenir l'avenir de la mobilité. L'Écosystème Leddar regroupe des entreprises technologiques de premier plan qui se sont associées avec LeddarTech par l'apport de leur savoir-faire dans diverses technologies qui améliorent les solutions ADAS et de conduite autonome.

https://leddartech.com/fr/leddartech-partners-seoul-robotics-deliver-robust-solid-state-lidar-based-perception-solutions/

Sur le même sujet

  • Communiqué | Publication du bilan annuel 2017-2018 du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques

    18 décembre 2019

    Communiqué | Publication du bilan annuel 2017-2018 du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques

    Québec, le 18 décembre 2019. – Le bilan annuel du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques (PACC 2013-2020) pour la période 2017-2018 a été publié aujourd'hui sur le site Web du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Ce bilan rend compte des actions réalisées au cours de l'exercice financier 2017-2018 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), s'adapter aux changements climatiques et poursuivre la transition du Québec vers une économie sobre en carbone. Plusieurs actions ont été lancées au cours de l'année 2017-2018, notamment pour favoriser l'électrification des transports. Parmi les faits saillants de cette période, notons : La mise en œuvre de la norme véhicules zéro émission, qui a fait du Québec la première des provinces du Canada à favoriser, par un règlement, une progression soutenue du nombre de véhicules zéro émission sur ses routes; Une forte croissance de la participation au programme Roulez vert – volet Roulez électrique, offrant une aide financière pour l'achat ou la location à long terme d'un véhicule électrique ou pour l'installation de bornes de recharge à domicile; L'ajout de sommes à certains programmes, notamment Écoperformance (138,3 M$) et Biomasse forestière résiduelle (50 M$). Ces bonifications financières ont fait suite au lancement, par le gouvernement fédéral, du Fonds du leadership pour une économie à faibles émissions de carbone. Ainsi, pour l'année 2017-2018, près de 625 millions de dollars ont été investis, portant les dépenses publiques consacrées au PACC 2013-2020 à plus de 2 milliards de dollars au 31 mars 2018. Pour la même année financière, les réductions d'émissions de GES qu'il était possible de lier aux programmes et mesures du PACC 2013-2020 ont été évaluées à un peu plus d'une mégatonne d'équivalent CO2, pour des réductions cumulées depuis le lancement du PACC 2013-2020 de l'ordre de 3,3 mégatonnes. Ces sommes ont également des retombées dans d'autres domaines, notamment le développement des connaissances et des technologies, la santé et la résilience des individus et des collectivités et l'économie. Citation : « Ce bilan démontre que le PACC 2013-2020 aide à stabiliser les émissions de GES, mais qu'il ne contribue pas suffisamment à leur réduction en regard des montants investis. L'ancien gouvernement a agi trop peu et trop tard. Notre gouvernement est déjà en action pour redresser la barre : l'important projet de loi pour une gouvernance efficace de la lutte contre les changements climatiques et le vaste chantier lancé pour élaborer le Plan d'électrification et de changements climatiques avec le concours des experts et de la société civile visent cet objectif pour 2030. Notre prochain plan se concentrera sur des mesures structurantes qui, d'une part, assureront notre prospérité économique et, d'autre part, nous permettront de réduire nos émissions de gaz à effet de serre et de mieux faire face aux impacts des changements climatiques. Notre démarche est structurée et pragmatique. On ne répétera pas les erreurs de l'ancien gouvernement. » Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques Fait saillant : Le PACC 2013-2020 a été lancé en juin 2012. Il établit 31 priorités desquelles découlent plus de 180 actions contribuant à l'atteinte de la cible de réduction des émissions de GES du Québec de 20 % sous leur niveau de 1990. Il vise également à renforcer la résilience de la société québécoise aux changements climatiques. Lien connexe : Le bilan annuel du PACC 2013-2020 pour la période 2017-2018 est disponible sur le site Web du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, à l'adresse :www.environnement.gouv.qc.ca/changementsclimatiques/bilan.htm. - 30 - SOURCE : Louis-Julien Dufresne Attaché de presse Cabinet du ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques Tél. :418 521‑3911 INFORMATION : Relations avec les médias Ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques Tél. : 418 521-3991

  • Communiqué | Les partenaires du CRITUC lancent le premier groupe de recherche sur les véhicules intelligents et autonomes

    5 mars 2020

    Communiqué | Les partenaires du CRITUC lancent le premier groupe de recherche sur les véhicules intelligents et autonomes

    WINDSOR, ON, le 5 mars 2020 /CNW/ - Le Consortium de recherche et d'innovation en transport urbain au Canada (CRITUC) est heureux d'annoncer un financement de plus de 1,1 million de dollars de la part de ses partenaires et du gouvernement fédéral. Ce financement servira à mettre en place un regroupement universitaire national en faveur des véhicules intelligents (NAC-SV). Irek Kusmierczyk et Brian Masse, respectivement députés de Windsor-Tecumseh et de Windsor-Ouest, ont tous deux pris la parole à l'occasion de l'annonce de financement du CRITUC à l'Université de Windsor, affichant ainsi leur soutien à l'égard du CRITUC, de ses partenaires et de la mobilité des transports en commun. Le CRITUC et ses membres contribuent à hauteur de 797 900 $, avec 306 500 $ supplémentaires par le biais des programmes Mitacs Accélération et Mitacs Connexion Carrière, et par l'entremise d'ECO Canada et de Bio Talent Canada. NAC-SV est conçu pour uniformiser les technologies associées aux véhicules autonomes et intelligents destinés au transport et au transport en commun. Il réunit plusieurs fabricants de petits véhicules autonomes destinés au transport en commun, connus sous le nom de navettes, et il permettra de coordonner les communications entre véhicules à courte distance et les communications entre les véhicules et les infrastructures, d'améliorer la cybersécurité, de concevoir des logiciels servant à la gestion de flottes de navettes numérisées, et d'avoir recours à des systèmes de recharge normalisés. Toutes ces mesures garantiront la prestation d'un service de transport en commun rentable du premier kilomètre au dernier kilomètre. Les expressions « premier kilomètre et dernier kilomètre » sont utilisées par l'industrie pour décrire le début et la fin de l'expérience des usagers du transport en commun, laquelle peut avoir un impact considérable sur la façon dont une personne utilise le transport en commun et sur sa décision d'y avoir recours ou non. Dans les régions plus éloignées, ou dans les centres misant sur des modèles de développement tentaculaires, les lacunes dans les zones desservies par le transport en commun se traduisent souvent par une inefficacité du temps de déplacement et peuvent entraîner une dépendance à l'automobile. L'un des principaux objectifs du NAC-SV est de fournir les résultats de recherche nécessaire pour offrir un service de transport en commun adapté et fiable aux gens qui vivent dans les « régions du premier kilomètre et du dernier kilomètre », une population qui est très mal desservie. « Ces navettes répondent aux besoins des Canadiens en comblant une lacune critique dans notre réseau de transport en commun et en offrant un service essentiel au sein de marchés trop petits pour justifier un itinéraire d'autobus, a expliqué Josipa Petrunic, directrice générale et PDG du CRITUC. Les navettes électriques intelligentes offrent la souplesse et la rentabilité nécessaires pour convaincre les Canadiens d'avoir recours à un carrefour de transport en commun. » « La mise en place d'un regroupement universitaire national en faveur des véhicules intelligents (NAC-SV) à l'Université de Windsor positionnera notre région à l'avant-plan d'un effort de collaboration dans le secteur de la recherche visant à élaborer des solutions en matière de transport en commun et de mobilité à la fine pointe. Cet investissement favorisera la progression de la durabilité environnementale et le perfectionnement du talent nécessaire à Windsor-Essex pour accélérer le développement de nos secteurs local et national des technologies propres, stimuler la création d'emplois et nourrir la prospérité de notre région », a déclaré Irek Kusmierczyk, député de Windsor - Tecumseh et secrétaire parlementaire de la ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées. « Ce projet et le travail des établissements partenaires concernés, notamment l'Université de Windsor, contribueront grandement à améliorer les résultats du transport en commun pour les résidents de Windsor et les Canadiens de partout au pays », a déclaré Brian Masse, député de Windsor-Ouest. Le NAC-SV vise à assurer l'interopérabilité entre plusieurs fabricants afin de permettre aux villes et aux sociétés de transport en commun de combiner des navettes autonomes sur les mêmes itinéraires. L'Université de Windsor jouera un rôle important à cet égard. « L'Université de Windsor est déterminée à favoriser une industrie durable et à b'tir des collectivités viables, saines et sécuritaires au sein de notre région, du Canada et à l'étranger. Non seulement le généreux financement octroyé par le Consortium de recherche et d'innovation en transport urbain au Canada à l'appui du premier regroupement universitaire national en faveur des véhicules intelligents contribuera à des progrès importants en matière de connaissances associées aux véhicules autonomes et intelligents et d'innovation technologique, mais il facilitera également la formation de la prochaine génération de chercheurs, d'ingénieurs, de chefs de file de l'industrie et de décideurs dans le domaine de la science des véhicules intelligents », a déclaré le Dr K. W. Michael Siu, vice-président, Recherche et innovation, à l'Université de Windsor. Les partenaires du projet sont notamment 2GetThere, ABB, Bombardier, l'Université Carleton, l'ACTU, eCamion, EasyMile, Kingston Transit, London Transit, NAVYA, Pacific Western Transit, l'Université Queen's, SmartCone, St. Catharine's Transit, Thales Group, Transit Windsor, l'Université du Québec à Trois-Rivières, l'Université de Calgary, l'Université de Toronto, l'Université de Waterloo, l'Université de Windsor et Woodstock Transit. CRITUC Le Consortium de recherche et d'innovation en transport urbain au Canada met au point une technologie qui améliore la mobilité et le transport de nouvelle génération. Ses outils de simulation à faible coût aident les sociétés de transport en commun de partout en Amérique du Nord à prévoir le fonctionnement des autobus électriques, des autobus dotés de la technologie de la pile à hydrogène et des véhicules intelligents autonomes. Ces progrès contribuent à la croissance d'un écosystème de technologies intelligentes et à faibles émissions de carbone, ce qui favorise la croissance de l'emploi et le développement économique à long terme. Demandes de renseignements des médias : Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec Kathleen Reid à kreid@switchboardpr.com ou au 604 724-1242. Pour les éléments médias, veuillez cliquer ici. Des entrevues avec Josipa Petrunic, directrice exécutive et PDG du CRITUC, sont disponibles sur demande. SOURCE The Canadian Urban Transit Research and Innovation Consortium (CUTRIC)

  • Avancement du projet du Lac Guéret de Mason Graphite

    14 mai 2019

    Avancement du projet du Lac Guéret de Mason Graphite

    MONTRÉAL, 14 mai 2019 (GLOBE NEWSWIRE) -- Mason Graphite Inc. (« Mason Graphite » ou « la Société ») (TSX.V: LLG ; OTCQX : MGPHF) présente une mise à jour des activités récentes relatives au projet de mine et de concentrateur de graphite (le « Projet ») de Lac Guéret. Des avancées importantes ont aussi été réalisées au niveau des travaux sur les produits à valeur ajoutée et un communiqué dédié à ce sujet suivra prochainement. Financement Au cours des derniers mois, la Société a poursuivi activement les discussions avec les institutions intéressées à financer la construction du Projet. Ces discussions ont en outre permis de préciser les balises de la structure de financement recherchée, qui vise à créer une formule gagnante pour la construction et l'opération subséquente du projet Lac Guéret, tout en minimisant la dilution pour les actionnaires. L'objectif prioritaire de la direction demeure de poursuivre avec intensité les discussions afin de compléter le financement et débuter la construction dans les plus brefs délais. Ingénierie, approvisionnements et construction En parallèle aux discussions sur le financement, l'équipe de Mason Graphite a avancé toutes les activités menant à la construction. Il est à noter que ce niveau d'avancement est fort supérieur à plusieurs projets miniers qui entament leur phase de construction. Le projet en quelques chiffres clés : Ingénierie (toutes disciplines) : 75% d'avancement (62 000 heures réalisées); Approvisionnements (achats) : 63 lots au total, avancés à 71%1; Contrats (fourniture et installation) : 57 contrats au total, avancés à 65%2. Ainsi, l'ingénierie des disciplines associées aux b'timents et infrastructures est avancée à 98% pour le génie civil, à 74% pour le béton, à 65% pour la structure et à 100% pour l'architecture. L'ingénierie associée au procédé, soit la mécanique et la tuyauterie, est avancée à 79%. Finalement, l'ingénierie pour l'électricité est avancée à 64% alors que celle pour l'automatisation est complétée à 49%, cette dernière discipline étant toujours tributaire des autres disciplines pour avancer. Du côté des approvisionnements, 98% des équipements et pièces reliés aux broyeurs (six au total) sont entreposés à Baie-Comeau. Le filtre-presse du concentré sera livré à Baie-Comeau dans les prochains jours alors que le filtre-presse des résidus a déjà été livré, tout comme le matériel pour l'alimentation électrique du site. La réception de ces équipements, dont certains comportaient jusqu'à un an de délais de livraison, élimine le risque important qu'aurait pu représenter tout retard. Le service des approvisionnements se prépare aussi à la gestion du matériel et des pièces au chantier, gestion qui lorsque bien planifiée, peut se révéler une source significative de gains d'efficacité. De nouvelles photos des équipements sont disponibles sur le site web de la Société au http://www.masongraphite.com/projects/photo-gallery/default.aspx. L'équipe s'est aussi affairée à finaliser les bases et conditions des contrats, réaliser de nombreux appels d'offres et amorcer les négociations avec les principaux entrepreneurs. D'ailleurs, plusieurs de ces contrats seront exécutés sous forme de partenariat avec des entrepreneurs choisis et les négociations avec ces derniers sont suffisamment avancées pour permettre l'octroi des contrats et débuter la construction. L'embauche proactive dans le processus d'exécution des membres clés de l'équipe de construction a permis d'adapter, avec l'équipe d'opérations, plusieurs designs et concepts pour faciliter, rendre plus efficace la construction et ainsi réduire les coûts. Benoît Gascon, Président et Chef de la direction de Mason Graphite a déclaré : « L'avancement de l'ingénierie de détails, la réception des équipements majeurs et la négociation des contrats ont permis de réduire significativement les risques associés au projet. Le tout, combiné aux conditions favorables du marché du graphite, positionnent idéalement le projet Lac Guéret pour qu'il devienne le joueur majeur qu'il est destiné à être. Et c'est sans compter sur nos futurs produits à valeur ajoutée qui renforcent d'autant la position et l'attractivité de Mason Graphite pour les clients potentiels, et par conséquent, les investisseurs. » Marché du graphite naturel Les prix du graphite naturel demeurent relativement stables. Il est aussi à noter que plusieurs sources d'analyse de marché, tels que Roskill, Industrial Minerals et Benchmark Mineral Intelligence, anticipent que la Chine, jusqu'à présent le plus grand producteur et exportateur de graphite naturel, deviendra sous peu un net importateur, ceci étant principalement dû à la demande en forte croissance principalement portée par l'électrification des transports. Consentement de la personne qualifiée Jean L'Heureux, Ing., M. Ing., Vice-président exécutif, Développement du procédé pour Mason Graphite, et une Personne qualifiée, tel que défini par l'IN 43-101 pour Mason Graphite, était responsable de la vérification des données présentées dans ce communiqué de presse et l'a lu et approuvé. À propos de Mason Graphite et du projet du Lac Guéret Mason Graphite est une compagnie minière canadienne dédiée au développement du gisement de graphite naturel du Lac Guéret dont elle détient 100 % des droits. La Société est dirigée par une équipe expérimentée possédant plus de 5 décennies d'expérience dans le graphite, notamment dans la production, la vente ainsi que la recherche et le développement. Pour plus d'informations : www.projetlacgueret.com. Mason Graphite Inc. pour le conseil d'administration, “Benoît Gascon, CPA, CA”, Président et chef de la direction Pour plus d'informations: Simon Marcotte, CFA, Directeur au Développement corporatif au +1 (647) 801-7273 et à info@masongraphite.com Siège Social: 3030, boulevard Le Carrefour, bureau 600, Laval, Québec, H7T 2P5 Énoncés de mise en garde Ce communiqué de presse contient des « énoncés prospectifs » au sens de la législation canadienne en valeurs mobilières. Toute information contenue dans ce document qui n'est pas clairement de nature historique peut constituer un énoncé prospectif. En règle générale, ces énoncés prospectifs peuvent être identifiés par l'utilisation d'une terminologie prospective comme « planifie », « s'attend » ou « ne s'attend pas », « est prévu», « budget », « prévu », « estime », « prévisions », « a l'intention », « anticipe » ou « ne prévoit pas », « croit», ou des variantes de ces mots et expressions ou l'énoncé que certaines actions, certains événements ou résultats «peuvent », « pourraient », « seraient », « seront prises », «se produire» ou « être atteint ». L'information prospective est assujettie à des risques connus et inconnus, des incertitudes et autres facteurs qui pourraient rendre les résultats réels, le niveau d'activité, les performances ou les réalisations de la Compagnie sensiblement différents de ceux exprimés ou suggérés par de telles informations prospectives. Ces risques comprennent mais sans s'y limiter : (i) la volatilité du cours des actions; (ii) les marchés mondiaux et les conditions économiques générales; (iii) la possibilité de dépréciations et de perte de valeur; (iv) les risques associés à l'exploration, au développement et à l'exploitation de gisements miniers; (v) les risques associés à l'établissement de titres de propriété et des actifs miniers; (vi) les risques associés à la participation à des coentreprises; (vii) les fluctuations des prix des matières premières; (viii) les risques associés à des risques non assurables survenant en cours d'exploration, de développement et de production; (ix) la concurrence à laquelle fait face l'émetteur à l'égard de l'embauche du personnel expérimenté et de l'obtention du financement; (x) l'accès à une infrastructure adéquate pour soutenir les activités minières, de transformation, de développement et d'exploration; (xi) les risques associés à des changements à la réglementation de l'exploitation minière régissant l'émetteur; (xii) les risques associés aux diverses réglementations environnementales auxquelles l'émetteur est assujetti; (xiii) les risques liés aux retards réglementaires et d'obtention de permis; (xiv) les risques liés aux conflits d'intérêts potentiels; (xv) la dépendance envers le personnel clé; (xvi) les risques de liquidité; (xvii) le risque de dilution potentielle par l'émission d'actions ordinaires; (xviii) la Compagnie ne prévoit pas déclarer de dividendes à court terme; (xix) le risque de litiges et (xx) la gestion des risques. L'information prospective est fondée sur des hypothèses que la direction de l'entreprise croit être raisonnables au moment où elles sont faites, y compris mais sans s'y limiter, les activités d'exploration continues, aucun changement défavorable important dans les prix des métaux, les plans d'exploration et de développement procédant tel que prévu et la réalisation de leurs résultats attendus, l'obtention des approbations réglementaires requises, et les autres hypothèses et facteurs énoncés aux présents textes. Bien que la Compagnie ait tenté d'identifier les facteurs importants qui pourraient amener les résultats réels à différer sensiblement de ceux contenus dans les énoncés prospectifs, il peut y avoir d'autres facteurs qui fassent en sorte que les résultats ne soient pas ceux attendus, estimés ou prévus. Il ne peut y avoir aucune assurance que ces énoncés prospectifs se révéleront exacts, car les résultats réels et les événements futurs pourraient différer considérablement de ceux anticipés dans de tels énoncés prospectifs. Cet énoncé de mise en garde sur les informations de nature prospective a été fourni afin d'aider les investisseurs à comprendre les activités de la Compagnie, ses opérations et ses plans d'exploration et peut ne pas convenir à d'autres fins. Par conséquent, le lecteur ne devrait pas se fier indûment à l'information prospective. Les informations prospectives ne sont valables qu'à la date de ce communiqué de presse, et la Compagnie ne s'engage pas à mettre à jour ces informations prospectives, sauf conformément aux lois sur les valeurs mobilières applicables. La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de règlementation (tel que ce terme est défini dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n'assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l'exactitude du présent communiqué. ____________________ 1 Représente l'avancement global du processus d'approvisionnement pour tous les lots (jusqu'à la commande). 2 Représente l'avancement global des négociations des contrats (jusqu'à l'octroi).

Toutes les nouvelles